dimanche 9 décembre 2007

NanoDialogue / Expo Nano : 2 façons d'interagir avec le public

Parmi les nombreux colloques organisés tous les deux ans, en France, par le Centre Jacques Cartier, celui qui était focalisé, les 3 et 4 décembre 07 à Grenoble, sur les nanosciences et nanotechnologies (« Nanosciences et nanotechnologies : quelles ruptures ? ») m’a donné l’opportunité de présenter une rapide comparaison entre le projet Européen NanoDialogue et le projet français Expo Nano. Ces deux projets se sont déroulés en parallèle, de 2005 à 2007. Le CCSTI Grenoble a été impliqué comme partenaire associé pour le premier, et comme « chef de file » pour le second. La spécificité de ces deux projets consistait à envisager l’exposition comme support à études et participation du public, notamment pour mieux cerner ses représentations, attentes et craintes vis-à-vis du développement des nanotechnologies.

Expo participative à l’échelle Européenne. NanoDialogue est le titre d’une exposition de taille modeste (50 m2) réalisée par la Città Della Scienza (Naples, Italie), traduite en 8 langues européennes et présentée en même temps dans 8 pays, de Mars 2006 à Février 2007. On estime à 1 million, le nombre cumulé de visiteurs. Pour créer ce fameux « dialogue » avec la Société, deux dispositifs, élaborés et analysés par les sociologues du Centre for Study on Democracy (CSD) de l'Université de Westminster (UK), ont été mis en œuvre : un questionnaire à choix multiple, et un guide d’entretien pour animer des « focus groups » (groupes de discussion). En région Rhône-Alpes, nous avons animé 2 focus groups et récolté une centaine de questionnaires auprès des 15 000 visiteurs de l’exposition NanoDialogue.


Le principal intérêt de cette expérience visait à questionner « l’opinion publique européenne », avec toute les limites classiques intrinsèques à ce genre de démarche (la manière de poser la question induit la réponse, risque de contresens lors des différents processus de traduction, contexte particulier des Musées de science, …) Ce dernier biais, le contexte de l’étude, a grandement déterminé le profil du public touché (voir slide ci-contre) : plutôt jeune, étudiant et urbain – le public des Centres de Sciences.


Principaux résultats.
Il ressort que 20% de l’ensemble des personnes interrogées ont eu connaissance des nanotechnologies par la télévision, 14% par l’école ou l’université et 13% par d’autres médias. 60% des personnes interrogées estiment que dans 20 ans les effets du développements des nanos seront plutôt bénéfiques – contre 3% qui pensent le contraire (voir figure 3 ci-dessous). 62% des personnes interrogées souhaitent que le public soit impliqué dans les décisions politiques concernant les choix technologiques (contre 20% qui ne le souhaite pas, et 18% « ne sait pas »).

Enfin, un peu moins de la moitié (47%) des personnes interrogées sont pour un moratoire sur « la recherche et la commercialisation des nanotechnologies tant que la preuve de leur innocuité n’aura pas été obtenue » (cf figure 4 ci-dessous).


La montagne accouche d’une souris. Au final, ces résultats nous laissent un peu sur notre faim ! Vu la lourdeur du dispositif engagé (dimension européenne oblige), nous aurions aimé avoir plus de surprise dans les résultats ! Néanmoins, la Commission Européenne a estimé l’opération intéressante – peut être parce qu’elle était pilotée directement par la direction « Nanotechnologies et technologies convergentes » et non par la direction « Sciences dans la société ». Deux ateliers sur « la communication des nanotechnologies » ont été organisés depuis, à Bruxelles (lire sur ce blog : la commission Européenne prépare un appel d’offre sur la communication des nanotechnologies). Leur préconisation ? Favoriser les processus participatifs – une injonction qui risque de rester sans suite si on n’éclaircit pas, sur les territoires, l’articulation entre processus participatif et décision publique. Mais là, on sort du domaine de compétence de la Commission…

Expo Nano : infiniment petit, maxi défis. Pendant le déroulement du projet NanoDialogue, nous avons aussi conçu et réalisé une autre exposition interactive, plus grande (300 m ), destinée à circuler en France et à l’étranger. Cette exposition, intitulée «Nanotechnologies : infiniment petit, maxi défis», a été coproduite par le CCSTI Grenoble, la Cité des Sciences et de l’Industrie et Cap Sciences. Rebaptisée «Expo Nano, la technologie prend une nouvelle dimension» lors de son passage à Paris, elle a été présentée la première fois au public à Grenoble, à la Casemate, du 28 septembre 2006 au 18 février 2007. Elle est actuellement visible au Globe de l’Innovation, au CERN, en Suisse (voir photos sur Flickr).


Papier, crayon : les outils de la participation. encore, notre intention était d’utiliser l’exposition comme terrain d’étude des représentations du public. Parmi les dispositifs mis en place en étroite collaboration avec des chercheurs en linguistique et muséologie de l’Université Pierre Mendès France de Grenoble (Marie-Sylvie Poli et Pascale Ancel, laboratoire ROMA), la « corde à linge » a remporté un vif succès. Dans le dernier des 4 modules, qui traite des enjeux et impacts du développement des nanotechnologies (pour voir une présentation détaillée de l’exposition, visitez le site web exponano.com), le visiteur est invité à rédiger des avis sur des blocs mis à sa disposition, puis à les afficher sur les cordes, afin que d’autres visiteurs puissent en prendre connaissance et, s’ils le souhaitent, y répondre. Près de 900 fiches ont été récoltées pendant les 4,5 mois de présentation à Grenoble !

Principaux résultats. L’analyse de ces contributions, ajoutée à celle des questionnaires et des entretiens individuels, a été riche de nombreux enseignements. Brièvement (car nous aurons l’occasion d’y revenir bientôt sur ce blog), il apparaît que les principales attentes sociales vis-à-vis du développement des nanotechnologies concernent les domaines de la santé et de la recherche médicale. Dans une société où l’allongement de la durée de vie est une réalité pour le plus grand nombre, cette attente semble logique.


Second résultat intéressant : la spécificité du site grenoblois. Pour les visiteurs interrogés, les nanos n’ont pas la même signification à Grenoble qu’ailleurs. Ceci confirme la forte dimension territoriale du débat public (on débat de ce qui nous touche de près).


Enfin, à propos de débat public, les visiteurs sont plutôt ambigus. A la fois, ils souhaitent un grand débat public sur le développement des nanotechnologies, mais n’envisagent pas de participer eux-mêmes. Dans leur vision, le débat public est réservé aux experts. De plus, ils disent ne pas vouloir se positionner en « pour » ou « contre » - ils semblent connaître à ce propos les arguments des opposants grenoblois – mais sont plutôt à la recherche d’une recherche « responsable ».


Qu’est-ce que le débat public pour le public ?
En conclusion, ces deux expériences ont aussi révélé le fort degré de confiance que les personnes interrogées placent dans les expositions et activités proposées par les Musées et centres de culture scientifique. Ces personnes ont qualifié, en grande majorité, les discours des expositions de « neutres », « pluralistes » et « objectifs ». Ce résultat est important, au moment où de nombreux acteurs publics cherchent à « restaurer la confiance ». Enfin, la question du débat reste problématique. Il semblerait que le public s’en détourne refuse au moment où il est nommé ; de façon paradoxale, les personnes interrogées réclament un débat public dont elles resteraient spectatrices. Voilà une piste à explorer : les représentations du débat public par le public… à suivre ?
Enregistrer un commentaire