dimanche 2 décembre 2007

Internet et musées : où sont les débats en ligne ?

Journées d'étude de l'OCIM : Internet et musées

Les 21 et 22 novembre derniers se sont déroulées au Palais de la Découverte , à Paris, les Journées d'études de l'OCIM consacrées aux usages d'internet par les musées et les institutions muséales. L'occasion pour la "communauté" des professionnels de la muséologie et de la culture scientifique de faire l'état des lieux des pratiques et d'imaginer de nouvelles pistes. Un compte-rendu détaillé devrait être publié prochaînement sur les pages web que l'OCIM a consacré à cette manifestation.

Pour ma part, j'ai été invité à intervenir dans la première table-ronde intitulée "Développement et usages d'internet", centrée sur l'usager et ses pratiques (télécharger le document support à ma présentation). Je me suis focalisé sur les pratiques de débat en ligne avec ce constat de départ : le décalage entre les intentions des promoteurs du débat et la très faible participation du public.

A travers 2 expériences de débats en ligne tentées par le CCSTI Grenoble (projet Européen NanoDialogue, et débat publics Nanoviv), nous avons pu constater que l’engouement du public n'était pas au rendez-vous. Alors que le dialogue et l’échange sont revendiqués et pratiqués lors des réunions publiques, leur poursuite en ligne semble poser problème. Plusieurs hypothèses peuvent être émises pour mieux comprendre cette situation : absence d’expérience dans la pratique, appréhension d’utiliser les NTIC, crainte de s’engager dans un processus de diffusion non maîtrisé, difficulté de passer à l’écrit, etc.

Par ailleurs, les sites dédiés aux débats Sciences/Société ne fonctionnent pas mieux - lire à ce propos l'article lucide de Philippe Bourtilio "Recettes pour un site participatif", sur son pourtant excellent site "Sciences et Démocratie" - alors que d'autres sites, plus généralistes, (comme le site d'information Rue89 par exemple), sont le théâtre virtuel de nombreux débats et commentaires d'internautes, y compris sur les nanotechnologies.

Et si nous essayions autre chose ? Pourquoi ne pas aller débattre et dialoguer là où sont les internautes ? Sur ce qu'on appelle, globalement, le "web 2.0" ? Certains musées et centres culturels commencent à s'y frotter (en France : le musée du Quai Branly et son "catalogue numérique"). A Grenoble, nous allons tenter aussi quelques expériences en 2008 - dont ce blog peut être considéré comme une des prémisses. Et si on se retrouvait bientôt sur Second Life ?
Enregistrer un commentaire