dimanche 28 octobre 2007

Le Commission Européenne prépare un appel d'offre sur la communication des nanotechnologies

Comment communiquer sur les nanotechnologies ? Vers quelles cibles prioritaires ? Quels messages ? De quelle manière ? Voici les quelques questions "de base" sur lesquelles nous avons été amenés à plancher, les 23 et 24 octobre derniers à Bruxelles, à la Direction Générale de le Recherche de la Commission Européenne. "Nous", c'est-à-dire un groupe d'une trentaine d'experts - ou plutôt de praticiens, ayant conduit des expériences sur le sujet des nanos avec des publics. L'objectif de ce workshop : préparer l'écriture de l'unique appel d'offre du 7è PCRD (pour comprendre quelque chose à cet acronyme, allez voir sur le site en français d'Eurosfaire) sur la communication des nanotechnologies (publication prévue au 2nd semestre 2008).

Cet atelier fait suite à la journée du 6 février 2007, date du déroulement d'un premier workshop sur ce même sujet qui donna lieu à un "Working Paper" (à consulter ici sur Cordis). Les conclusions de ces 2 journées feront l'objet d'un nouveau document, diffusé de la même manière sur le web de Cordis dans les semaines qui viennent. Ensuite, fort des retours des internautes, ce document servira de base à la rédaction de l'appel d'offre de l'automne 2008. Sans préjuger donc du contenu final, on pourra retenir les quelques axes suivants :
  • ciblage plus précis des catégories de public, avec l'accent mis sur les "intermédiaires" (ONG, politiques, journalistes, décideurs, enseignants) ;
  • volonté de soutenir des systèmes de "plate-forme de communication", pour favoriser les feed-backs et le dialogue, plutôt que des dispositifs à sens unique ;
  • volonté de ne rien exclure dans les types de pratique - au contraire, la Commission recherche là aussi l'innovation dans les pratiques de médiation, avec un intérêt marqué pour les croisements arts / sciences / communication...
Ce workshop fut aussi l'occasion de rencontrer directement des porteurs de projet de délibération publique sur les nanotechnologies - ce qui présente le grand intérêt de pouvoir croiser et bénéficier des retours d'expérience de chacun. Parmi eux, je retiendrais plus particulièrement :

- le projet anglais Science Horizons (http://www.sciencehorizons.org.uk/), piloté par l'excellent Franck Burnett, Professeur de communication scientifique à Bristol et responsable de Graphic Science, une unité spécialisée dans "la communication de la science pour des audiences ciblées". En quelques mots, Science horizons consiste à organiser des rencontres publiques sur le thème de la prospective à 2025, et donc d'engager la discussion sur la place des sciences et des technologies dans notre vie quotidienne...

- un second projet anglais, Small Talk (http://www.smalltalk.org.uk/), pilotée par le Think-Lab de Melanie Smallman (non, ce n'est pas un gag !). Ce projet, dont vous pourrez lire le rapport final sur le site, consistait à mettre en oeuvre divers moyens pour que communauté scientifique, citoyens et décideurs politiques se rencontrent, discutent ensemble et comprennent leurs points de vue respectifs. Les conclusions sont particulièrement intéressantes, et recoupent pour la plupart les résultats d'autres dispositifs de ce genre (conférence de citoyens en Ile de France, projet NanoDialogue, etc.).

Small Talk.








- le projet américain Power of Small (http://www.powerofsmall.org/) qui mixe un grand nombre de médias, de Science Centres et de dispositifs en tous genres (débats TV, podcast, comics, etc.) pour faciliter les échanges entre chercheurs, politiques et citoyens. Une expérience très... américaine ;-) mais qui ne manque pas d'intérêt.


- le projet allemand de l'Open Lab du Deutsches Museum (Achtung : site en allemand) où le sympathique Paul Hix travaille à son Doctorat sur les nanotechnologies en plein dans le Musée, sous le regard (et les questions) des visiteurs...

- enfin, le projet italien Blow Up (http://www.s3.infm.it/blowup/) très graphique, tendance "belles photos pour papier glacé" (voir ci-dessous) tente l'intersection art/science avec une exposition de photographies prises aux microscopes à effet tunnel et à force atomique, "retravaillées" par un artiste... J'avoue ne pas avoir été franchement convaincu de la pertinence de la démarche...

Blow up





















A suivre avec la publication du "Working paper" dans quelques semaines. Nous en reparlerons.
Enregistrer un commentaire