mardi 27 octobre 2009

La Casemate barbouillée par le collectif Débat Citoyen

Lundi 26 octobre au matin, nous découvrons en arrivant à la Casemate des jets de peinture balafrant la porte d'entrée (voir photo ci-dessus) ainsi qu'un tract "justifiant" cette action. "Nous visons le Centre de Culture scientifique technique et industrielle car c'est un symbole de la campagne d'acceptabilisation des nanotechnologies et de leurs applications" peut-on lire dès la première phrase (voir texte complet ici). S'ensuit la dénonciation de l'actuel débat public national sur les nanotechnologies comme une "tentative navrante d'empêcher une mobilisation populaire d'ampleur" puis, pèle-mêle, la mise en cause de la philosophie scientiste du Progrès, des applications militaires ou liberticides des nanotechnologies, de leur contribution à la société de consommation, et enfin du complot politico-industriel pour "transformer l'opinion publique". Ce tract, signé par un mystérieux "collectif Débat Citoyen" se conclue par un curieux mélange d'excuses menaçantes : "si nous projetons de la peinture sur le CCSTI, ce n'est pas pour porter préjudice à qui que ce soit, mais bien pour visibiliser ceux qui nous imposent leur vision du monde. Nous frapperons chaque fois que nous serons pris pour des cons. C'est-à-dire souvent." Curieuse façon de défendre, par la violence, la démocratie dont un collectif pour le "Débat Citoyen" doit forcément se prévaloir...
Enregistrer un commentaire