samedi 7 novembre 2009

Vers un Observatoire de la culture scientifique et technique

Les 26 et 27 novembre prochains, l'OCIM organise à Dijon deux journées de réflexion et de lancement d'un futur Observatoire national de la culture scientifique et technique (télécharger le programme définitif). Ce projet, initié par le Ministère de la Recherche, est en maturation depuis plus d'une année. D'un côté, il s'inscrit dans le mouvement profond initié depuis quelques années par la LOLF (loi organique relative aux lois de finance) puis par la RGPP (révision générale des politiques publiques) dans la perspective de réduire les déficits publics et, si l'on en croit leurs promoteurs politques, "à optimiser les services publics". Concrètement, ceci se traduit par des évaluations tous azimuts de l'utilisation des deniers publics par les services de l'Etat, des collectivités locales et territoriales, mais aussi par tous les établissements publics et les associations qui bénéficient de subventions. Ainsi, nous voilà tous embarqués dans la quantification de nos activités, tentant tant bien que mal à convertir nos exigences de qualité dans la conduite de notre action culturelle en statistiques facilement traitables par n'importe quelle macro de n'importe quel tableur de type Excel. Il nous faut donc produire du critère, et du critère chiffrable - sans quoi, point d'évaluation possible. L'effet pervers de cette louable politique de gestion publique consiste à focaliser sur les questions de type "combien de visiteurs entre 25 et 35 ans les jours de semaine ?" au détriment d'interrogations sur le comment et le pourquoi. Ce projet d'Observatoire de la CSTI participe forcément de ce mouvement, charge à nous, acteurs "de terrain", de l'enrichir et l'amener à constituer un véritable outil de travail, c'est-à-dire un outil de recherche et de développement.

Observer pour quoi faire ? C'est l'autre côté de ce projet : confier sa conception et sa réalisation aux acteurs eux-mêmes, sous pilotage de l'OCIM. Au-delà de la tactique classique d'acceptabilité (les chaînes sont plus faciles à accepter si vous les fabriquez vous-mêmes), nous devons saisir l'opportunité de la création de cet Observatoire pour consolider nos structures culturelles et faire mieux reconnaître leur rôle et leur impact : sur les publics, les territoires, et leur développement raisonné et durable. Pour ce faire, nous ne pourrons éviter de revenir une nouvelle fois sur la définition de la "culture scientifique et technique" (notons l'absence du "i" de industrielle ou de innovation dans l'intitulé de ce projet) afin de donner un sens à l'observation (qu'est-ce qu'on observe ? des actions ? des acteurs ? des publics ?). Nous devrons surtout nous adosser de manière plus affirmée à une recherche spécifique. En cela, l'Observatoire des Politiques Culturelles (OPC), fondé à Grenoble il y a tout juste 20 ans, constitue un modèle vertueux. Adossé à la recherche en sciences sociales et sciences politiques de l'Université de Grenoble depuis son origine, l'OPC mène des activités d'études et de recherche-action dans son champ d'activité, au bénéfice des chercheurs bien sûr mais aussi des acteurs locaux et nationaux des politiques culturelles. Un tel modèle devrait nous inspirer pour la création d'un Observatoire de la CST, afin de ne pas rester au niveau de la seule "mise en critère" de notre activité, mais bien pour rendre compte de son ampleur et de sa complexité, et contribuer à une réflexion prospective qui fait tant défaut dans notre domaine. Il se trouve qu'il existe en Rhône-Alpes un réseau de recherche pluridisciplinaire spécialisée sur l'étude des enjeux et représentations des sciences, des techniques et de leurs usages : le Cluster 14. Coordonné par Joëlle Le Marec (ENS-LSH), avec l'historien des sciences Dominique Pestre comme conseiller scientifique, ce réseau de chercheurs organise ses secondes Rencontres Annuelles du 16 au 18 novembre prochain (voir programme) à Lyon. Des contacts ont déjà été tissés par l'OCIM avec le Cluster 14 ; ils pourraient déboucher sur une expérimentation à l'échelle des deux régions (Bourgogne et Rhône-Alpes).
---
Liens utiles :
www.ocim.fr
Cluster 14 : http://erstu.ens-lsh.fr/
Observatoire des politiques culturelles : www.observatoire-culture.net
Enregistrer un commentaire