samedi 12 juillet 2008

La question des représentations des innovations - Rhône-Alpes 21 (5/5)

[Extrait de la Contribution à la démarche régionale de prospective "Rhône-Alpes 21" par le réseau Rhône-Alpes des CCSTI]

Dans les processus d’appropriation de nouvelles connaissances ou d’innovations technologiques, la manière dont le public se représente ces innovations, tout comme les représentations que les promoteurs industriels, scientifiques, ou élus, proposent, joue un rôle très important. C’est l’une des grandes avancées de la CSTI de ces 10 dernières années que de considérer non seulement la dimension technique et/ou scientifique des objets ou des nouvelles connaissances, mais aussi leur dimension symbolique. Pourquoi les réactions de refus des OGM par exemple, ou des nanotechnologies dans une moindre mesure, sont-elles aussi violentes et pourquoi se propagent-elle aussi largement dans la population ? Apparemment, la solution qui consiste à ne considérer ces questions que sous l’angle de la « raison » ou de la rigueur scientifique n’a pas encore porté ses fruits. Et pour cause ! Car ces innovations sont des objets hybrides, qui mixent technologie et société, c’est-à-dire rationalité techniciste et imaginaire humain. Tout l’enjeu des années à venir consiste alors à prendre en compte la dimension imaginaire, et à travailler sur ces questions de représentation avec ceux dont c’est l’une des principales problématiques : les artistes.


La convergence NBIC peut être considérée comme un cas d’école pour laquelle la dimension imaginaire joue un rôle de premier plan. Imaginaire des scientifiques eux-mêmes, qui projettent dans cette démarche des visions fantasmatiques : animer l’inerte, améliorer l’humain, etc. Imaginaire des financeurs, privés et publics, qui misent sur ce nouveau grand projet scientifique pour créer de la richesse. Imaginaire des commentateurs, journalistes ou détracteurs qui recoupent cette vision avec d’autres visions, apocalyptiques ou utopistes, proposées par des artistes ou des écrivains. Imaginaire des consommateurs enfin, qui a tendance à considérer tout produit chimique ou technique comme suspect et potentiellement dangereux… Contrairement à ce que soutiennent certains sociologues, les perceptions et représentations ne sont pas coupées de l’action, elles la conditionnent et en sont la résultante. D’où l’importance de ne pas les négliger, ni de les laisser à d’autres, parfois malintentionnés.

---
Télécharger le document complet sur le web du CCSTI Grenoble.

---
Illustration : Pictogrammes évoquant les nanotechnologies, créés par des amateurs, à l'occasion d'un concours mondial organisé par l'ONG ETC Group en 2007. [références web ETC Group]

Enregistrer un commentaire