vendredi 9 novembre 2007

Projet DIA-LOGOS : Faire émerger les enjeux de société

Carton d'invitation lancement WeKWatch"Plus besoin de chercher à pénétrer dans le cerveau des gens puisqu'ils l'étalent maintenant sur le web" s'est amusé le sociologue Jacques Lévy, en introduction au lancement de sa plate-forme de veille cognitive dénommée "WeKWatch" (web-based knowledge watch). La scène se déroule un soir de novembre 2007, le lundi 5, vers 18h, à l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL). "Comme vous le voyez, on ne s'est pas mis en Dimanche pour vous présenter notre travail, poursuit-il, c'est un work in progress". Effectivement, la présentation est aride, l'interface par encore vraiment conviviale (même ma photo est floue !) ; il s'agit d'une bêta version. Oui, mais de quoi ?


Plate-Forme informatisée de veille coginitive. Comment savoir ce qui se dit sur le web à propos des grands sujets de société ? Voilà l'ambition de cet outil développé par Boris Beaude, informaticien à l'EPFL, collaborateur du projet Dia-Logos. WeKWatch s'insère dans le contexte d'un grand projet destiné à rénover les relations entres sciences sociales et société : Dia-Logos (www.dia-logos.org). "D'un côté, les SHS ne s’intéressent pas assez aux enjeux de société et, de l'autre côté, les politiques ne sont pas suffisamment à l’écoute des travaux des chercheurs en SHS", explique Jacques Lévy. "Notre objectif : rapprocher les deux ; faire dialoguer des discours produits dans le monde savant et dans d’autres mondes : médias grand public, vie politique, etc. " D'où la création de cette plate-forme informatisée.

Comment ça marche ? Développé sur un noyau de moteur de recherche grand public, la particularité de cet outil réside dans le fait qu'il permet des recherches relatives, contextuelles, et non absolues. Il ne recherche pas seulement l'occurence d'un mot (comme Google), mais aussi sa pertinence, c'est-à-dire une "coprésence relative". Exemple : une recherche sur le mot "OGM" donne comme résultat : 1) "OGM", 2) "José Bové", 3) "faucheurs"... Autre exemple : une recherche sur le mot "monde" donne "rugby", "Google" et "Microsoft" dans les 5 premiers résultats ! En d'autres termes, WeKWatch essaie de faire émerger des enjeux de société. "Nous espérons être surpris par ce que cette pate-forme va produire" ajoute Jacques Lévy, impatient.

La route du futur est encore longue. Le projet semble intéressant mais la démonstration a laissé l'assemblée visiblement sur sa faim. Le corpus interrogé par WeKWatch (en temps réel) ne comprend "que" tous les articles de 3 grands quotidiens pour la partie française (Le Monde, Libération, Le Figaro), 3 pour la partie anglaise (The Guardian, NY Times, Washington Post) et 1 pour l'espagnole (El Pais). Manque encore la possibilité de faire des recherches sur Wikipédia et surtout sur des blogs, ce qui permettrait d'être un plus surpris que par ce premier corpus traditionnel (on savait déjà que "OGM", "José Bové" et "faucheurs" avaient maille à partir ensemble - si j'ose dire). Quoi qu'il en soit, nous suivrons avec intérêt l'évolution de ce projet.

Rendez-vous en décembre. Les grenoblois pourront rencontrer et dialoguer avec l'équipe Dia-Logos de Jacques Lévy le 7 décembre prochain, à la MC2, lors du Forum "Sciences et Démocratie" organisé par Grenoble Alpes Métropole. A 16h, Jacques Lévy et ses comparses vous attendent pour un atelier interactif sur "les images du futur aujourd'hui" pour tenter de répondre à la question : "Dans quel monde voulons-nous vivre ?" Un atelier qui vous réserve quelques surprises... (il est conseillé de réserver ; l'inscription est gratuite).

--- pour rigoler (?), voici la première image qui apparait quand on effectue une recherche sur le tag "futur" dans Flickr (requête le 09/11/07 à 22:35), elle est proposée par un certain "ZR" :

On doit pouvoir faire plus gai, non ? ;-)
Enregistrer un commentaire